Toutes sortes d’informations circulent sur le net, elles sont émises de toutes sortes de sources et concernent tous les sujets. A l’ère du numérique il y a de plus en plus de systèmes d’informations et de plus en plus de personnes qui veulent informer. Il faut donc redoubler de vigilance pour ne pas lire de fausses informations, autrement appelées « fake new ».

Récepteur

Lorsqu’une information a été lue il faut commencer par regarder la source pour voir s’il s’agit d’une page officielle et donc sérieuse. Si un onglet « qui sommes-nous ? » est présent, selon le contenu, cela permettra de confirmer la source.

Il peut être intéressant de vérifier si plusieurs médias parlent de la même information, si plusieurs sources sûres en parlent cela augmente considérablement les chances d’authenticité.

Il faut veiller à ne pas confondre les médias qui sont parodiques, ironiques avec ceux qui relayent des « fake news ». En effet, en fonction des médias, de leur statut, de leurs position politique, l’information sera traitée différemment.

Émetteur

Lors de l’écriture d’un article, l’auteur est mentionné au début ou à la fin par son nom, ses initiales, ou sous un pseudonyme…  Il sera important de se questionner sur l’expertise de la personne qui a écrit un article. Dans ce même article il pourra diffuser de l’information en ajoutant peut-être son opinion mais cela ne rendra pas cet article ni ses contenus officiels.

De plus, les réseaux sociaux tels que Facebook, Twitter facilitent la propagation des « fake news » sur internet. Il est possible de les détecter en fonction du ton employé, dans un article, s’il joue beaucoup sur les sentiments, le lecteur sera touché voire ému par ce qu’il lit et à terme va baisser sa garde. Ce comportement est attendu par les auteurs qui profiteront de la situation pour arriver à leurs fins.

Les entités

Les réseaux sociaux mettent en place des moyens pour identifier les auteurs de ces « fake news », par exemple Twitter a supprimé 50.000 bots et Facebook 30.000 comptes russes qui diffusaient des fausses informations pour influencer les élections américaines.

Il a même été annoncé cette semaine que Singapour allait mettre en place une loi contre les « fake news ». La loi devrait permettre au gouvernement de supprimer du contenu qui viole le « projet de loi sur la protection contre la fausseté et la manipulation en ligne »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *